Boite à outils / bouts d’essais

Improvisation – hommage à un toit de Mexico
Captation : Grégory Gaydu
Montage : Cendrine Lassalle
La Plante des pieds
Pièce pour trois êtres
(Création en cours)
Flore Corrière & Cendrine Lassalle

Re-coins

(2018)

Danser pour échanger un instant avec l’espace de son quotidien dans une ville où nous sommes tous passants, travailleurs, amants, humains, artisans du vivre en soi et du vivre ensemble.

Participation au projet CORP US de Mathilde Neau
Captation Avril 2018 : Mathilde Neau
Montage d’extraits vidéos : Cendrine Lassalle

Amate

(2018)

Appliques – Objets-manifestes pour la Casa Comunitaria
Jantetelco, état de Morelos, Mexique

Cette création puise sa source et sa matière dans un contexte précis. Elle est à la croisée de deux histoires : celle d’un lieu qui se re-construit en terre crue et bois, un lieu où l’on reprise son tissu social d’un village meurtri par un séisme (2017), et celle d’un arbre qui domine le site archéologique voisin, Chalcatzingo. Cet arbre est un Amaté amarillo. Ses tentaculaires racines font corps les aspérités rocheuses et flirtent avec d’anciennes peintures pariétales qui ornent la montagne.

Dans ce village où il est frappant de constater la résistance végétale face aux constructions humaines délabrées, s’est imposé l’hommage à cet arbre emblématique qui semble porter la falaise autant qu’elle le porte.

Pour réaliser une série d’appliques lumineuses, ce projet met à profit deux techniques issues de l’artisanat local  : le cintrage du Carrizo (Arundo Donax, graminée) et le papier mâché.
Le moulage des racines en papier est le point de départ du processus de fabrication.

Les objets créés sont en quelque sorte des instantanés d’une croissance végétale et d’histoire géologique.

amate04.jpg41123026_298250564331528_6516193698521284608_n.jpgAmaté 01.jpgamate03.jpg41122989_1568221593324696_1133356339435667456_n.jpgamate02.jpg

Cinétomino

(2018)

Double-jeu de société, conception avec la collaboration de Léa Bonnaud, danseuse et notatrice Laban diplomée du CNSMDP

A l’origine de ce jeu, il y a la volonté d’utiliser les potentiels créatifs de la non-compréhension, en l’occurrence d’une écriture de la danse. Le choix de détourner de la cinétographie inventée par Rudolf Laban repose sur deux particularités. Elle est à la fois:

– Universelle dans sa capacité à écrire tout mouvement sans recourir à la parole (donc au-delà de la barrière de la langue)

– Abstraite, le nombre de lecteurs étant limité, la majorité des individus n’y perçoivent qu’une mystérieuse combinaison de symboles.

Le Cinétomino possède ainsi deux niveaux de lecture. C’est un jeu de société à part entière, ne nécessitant aucune connaissance de la notation. Et c’est aussi un outil de création de matière première chorégraphique qui peut interprétée et retravaillée par des danseurs connaissant la notation.

Images ci-dessous d’un prototype conçu pour le voyage et mis à l’épreuve au Mexique, afin de créer des partitions-“cartes-postales“ de rencontres.

Cinéto01.jpgCinéto02.jpgAlberto1dsc05461r-1

Plan(t) Libre

ou les racines de l’espace-temps

(2018)

Installation plastique temporaire, festival Jardins du Monde en Mouvement

Cité Internationale Universitaire de Paris, Mai-Novembre 2018

Co-concepteur de la Maison du Brésil avec Lucio Costa, c’est à l’architecte Le Corbusier que l’on doit la définition du plan libre comme l’un des principes d’une architecture moderne, principe de plan horizontal porté par des poteaux qui libèrent ainsi le dessin des murs et façade.

Mais alors… A l’image des plantations enracinées dans un jardin, le célèbre plan libre l’est-il vraiment du haut de son perchoir ? La liberté de chaque chose et de chacun n’est-elle pas relative ? Du moins, elle compose inexorablement avec la gravité et l’altération du temps.

Que pèse l’histoire d’un arbre ? Que pèse celle d’un monument ?

En continuité de la toiture-jardin, une trame se répand sur la cour de la Maison du Brésil, ouverte sur le parc.

Au gré d’on-ne-sait quel voyage, un jeune arbre semble avoir atterri au beau milieu de ce filet. Fait-il un pied de nez à ses voisins enracinés à deux pas ? Aurait-il pris racine dans les mailles du ciel ? Quoi qu’il en soit, il creuse cette trame telle la masse d’un corps déforme l’espace-temps et engendre la gravitation.

Considérés comme rebuts, les principaux matériaux qui constituent cette intervention se rencontrent pour entamer une seconde vie.

Avant d’être réunis, le filet a vogué de chantier en chantier pour assurer la sécurité de couvreurs, tandis que le frêne a veillé sur quelques milliers d’âmes au cimetière Montparnasse. Tous deux s’associent transitoirement pour proposer une nouvelle lecture de cette architecture, elle-même témoin d’une rencontre franco-brésilienne.

final01.jpgfinal03.jpgDSC08951.JPGfinal04.jpgfinal05.jpgDSC04222web.jpgfinal06.jpgDSC04327web.jpg

Performance Avant l’orage,
Improvisation de clôture, avec la participation de Léa Bonnaud

Mues en chantier

(2016-2017)

Improvisations hebdomadaires au Confort Moderne durant un an et demi de chantier

Quand l’effervescence du chantier s’endort, vient le temps d’improviser, comme un prétexte pour apprivoiser la friche et immortaliser l’existence fugace d’espaces en mutations.
Jouer au sein de ces scénographies éphémères pour esquisser une vie cachée du chantier. Explorer les possibles de lieux suspendus à un tournant de leur histoire, laissant le corps visiter l’impermanence de toute chose.
Mettre en lumière le processus aussi beau que rude d’un lieu en mutation et révéler son potentiel théâtral, poétique, tragique, comique…
Par la diffusion hebdomadaire d’images, l’idée était faire (sur-)vivre aux yeux du public l’évolution d’un lieu qui lui est transitoirement « interdit ».

Projections vidéos à l’exposition collective L’espace du débat, au pavillon de l’Arsenal à Paris, et Arc en Rêve à Bordeaux, 2017

Vidéo étape – work in progress – Mars 2017

38D.jpg57A.jpg35.jpg41a.jpg47b.jpg

Confort Moderne

(2017)

Réhabilitation d’un lieu culturel associatif à Poitiers
Projet de l’agence Construire Nicole Concordet
maître d’ouvrage : Ville de Poitiers / pour l’association l’Oreille est Hardie
Surface : 4070 m²

Fonderie, Confort 2000 (magasin d’électroménager) puis lieu culturel, le Confort Moderne est une enclave industrielle au cœur des faubourgs de Poitiers. Une friche artistique pionnière qui œuvre depuis le début des années 80 aux décloisonnements des regards et des pratiques. Lieu de création au service des artistes, on y trouve une salle de concert, un vaste espace d’exposition, un club, un bar, des locaux de répétition, un restaurant, des espaces de résidence, une fanzinothèque et un disquaire. Le Confort Moderne s’inscrit dans un double héritage: celui des « squatts », des occupations et de l’activisme culturel alternatif des années 80 et celui des « Fabrik » et des Kunstverein nord-européennes, lieux où l’art se fabrique, s’échange, se vit.

Missions :
Inventaire des objets et matériaux à réemployer
Dessin et conception de dossiers d’étapes du projet
Suivi du chantier
Médiation

 

23592153_10155075460822308_6918061469164144686_o.jpg© Daniel Baumann

DSC06244.JPGDSC06712.JPGIMG_6275.JPGDSC06277.JPGIMG_5663.JPGDSC06691R.jpgIMG_1666.JPGDSC06484.JPGIMG_1663R.jpgIMG_6428.JPGIMG_1727.JPG

Retreat House

(2016)

Conception et construction d’un refuge de retraite méditative dans l’Himalaya

A l’origine du projet, il y a un moine bouddhiste qui, malgré le peu de financement, a décidé de réhabiliter le monastère dont on lui a confié la charge et qui a lourdement souffert d’un récent séisme.

Situé à Rimbik, village à l’extrême nord du Bengale occidental (Inde), l’accès et l’approvisionnement en matériaux particulièrement difficile et coûteux incite à l’intelligence technique et au réemploi.

J’y étais venue pour contribuer de mes mains aux travaux du monastère, mais très vite ma mission s’est portée sur une autre nécessité : concevoir et construire un refuge sur un promontoire en surplomb du monastère et sous le Stupa.

Ainsi, partant des matériaux rebuts/surplus de la rénovation du monastère et de la disponibilité locale de bois, j’ai conçu dans l’échange avec le Lama un lieu de vie et de méditation adossé à la falaise gravée de mantras et s’ouvrant sur les sommets de l’Himalaya.

IMG_8435R.jpgIMG_8418R.jpgIMG_8415R.jpgIMG_8426R.jpgIMG_8420R.jpg14707922_1242023602515632_5561993677681504511_o-2.jpg14708086_1241694635881862_1338873248616887407_o-2.jpg15129573_1274946232556702_853517962005822104_o.jpgphoto retreatH.jpg15875434_1325460760838582_5503911749006561034_o.jpg15675771_1314574918593833_3971985358676969640_o.jpg15896176_1325462177505107_6182981435045065603_o.jpg
(Photos en cours de chantier)