Déviation – Daniel Buren

(2013)

Assistance à la conception et réalisation du travail in situ « Déviation » de Daniel Buren, aux jardins du Grand Launay à Lanrivain (Côtes d’Armor)

Matériaux : plastique transparent, bambous, métal, colliers, eau.

Site de Daniel Buren

LAB

Esquisse pour projet d’artothèque et ateliers pour jeunes adultes autistes   (2012)

Collaboration avec Léna Riaux Architecte d’intérieur

Tdali – centre de réadaptation à la marche

Centre de réadaptation à la marche sur un viaduc à Erquy   (Projet de fin d’étude à LISAA Rennes en 2009)

« En coréen le mot 다리 (Tdali) signifie à la fois « jambe » et « pont ».

Tdali est un centre spécialisé dans la réadaptation à la marche, d’une capacité d’accueil de 20 patients dont 10 en hospitalisation complète. Il traverse un ancien viaduc ferroviaire datant du début XX ème, construit par l’ingénieur Louis Harel de la Noë à Erquy (22). Ses dimensions réduites, son accessibilité, sa situation entre mer, ville et campagne et enfin sa fonction historique (échange, participation au développement local) en font un site idéal pour accueillir ce projet de centre de rééducation. »

« Ce projet explore les rapports entre éléments d’architecture et postures de l’homme (allongé, assis,  debout, immobile/mobile). Le positionnement des espaces de motricité de part et d’autre d’une faille centrale permet une progression rythmée sans le vertige d’une perspective trop lointaine. »

Image

Parapluies de Tantale

Sculpture articulée – Tombées de la Nuit juillet 2011 à Rennes, place Hoche.

Comme l’ombrelle, le parapluie permet habituellement de recréer un sous espace personnel dans l’espace public. Les Parapluies de Tantale rendent absurde l’utilisation de ce symbole de protection, modifient sa perception et  abordent avec une certaine légèreté la référence au supplice de Tantale.
L’analogie réside avant tout dans le mouvement des parapluies colorés. La personne qui manipule les parapluies ne bénéficie pas de leur fonction, pas plus que les personnes situées en dessous, qui ne peuvent maitriser le mouvement des parapluies. Ils s’échappent à l’image des fruits sur la branche que Tantale est condamné à regarder sans pouvoir soulager sa faim.
Les Parapluies de Tantale évoquent le désir d’être protéger, un besoin de sécurité qui ne peut jamais être pleinement et éternellement assouvi… sinon par illusion.

Matériaux : Tube acier, parapluies, bambou, roues et chaines de vélo, chambre à air, vélo, diodes.

 

Inauguration du Siège Crédit agricole Ille et Vilaine  –  Octobre 2011